Equinoxe: Forum aux questions
Quelle est la moyenne d’âge des participant(e)s?

Elle se situe entre 25 et 65 ans mais il n’y a pas de limites. L’âge est d’abord celui que l’on a dans la tête ! Seule restriction : les enfants en dessous de 12 ans ne seront admis qu’exceptionnellement et seulement dans la mesure où un adulte les prend en charge. Ceci autant pour préserver leur santé que la cohésion d’un groupe.

Combien sommes-nous par activité?


Le nombre de participants est toujours limité sauf journée spéciale (exemple : la journée Equinoxe). Il n’y a donc pas plus de 16 personnes (plus les guides) qui participent à une activité, ceci pour privilégier un esprit de groupe, une entente générale, et un rythme régulier. L’esprit qui règne est convivial et bon enfant, le plaisir reste le maître-mot des randos.

En pratique :


1) Pour devenir membre Equinoxe, il faut effectuer un versement de 8 euros sur le compte n°… avec la mention : cotisation annuelle, votre nom, prénom et adresse complète. Vous recevrez alors le catalogue électronique. Si vous désirez obtenir notre catalogue papier par la poste, il faudra payer un petit supplément et dans ce cas nous virer non pas 8 euros mais 12 euros 50.

2) Pour vous inscrire à une activité, vous pouvez téléphoner à la permanence Equinoxe ou envoyer votre réservation via le site Internet.

3) Cette inscription doit être suivie du paiement de la participation aux frais endéans les 4 jours pour être validée. Vous trouverez le montant ainsi qu’un n° d’activité à reproduire en communication sur votre versement. Dans le catalogue, toutes les explications au sujet des activités se retrouvent en rappel sur une page au début et en détail sur les fiches d’activité.

4) En cas de problème et d’annulation, reportez-vous à la fiche et prévenez pour que l’on ne vous attende pas inutilement !

Co-voiturage:

Vous n’avez pas de voiture ou aimeriez ne pas faire le trajet seul(e). Il existe un service Lift qui consiste à vous communiquer les coordonnées des personnes susceptibles de vous emmener (même région, trajet en partie similaire…). On peut aussi prévoir une prise en charge à la gare la plus proche du lieu de l’activité pour autant que ce soit possible. N’hésitez pas à appeler le responsable de la permanence Equinoxe, il vous aidera avec plaisir, s’il le peut.

Les chaussures:

Cuir ou synthétique, mixte des deux, avec ou sans Gore-Tex… Le choix est vaste. Confortables, évidemment, ajustées à votre pied, à lacets car il est très important de pouvoir serrer ou déserrer sa chaussure en cours de rando (gonflement naturel du pied, fortes côtes ou descentes…), ni trop grandes (échauffement du pied car il bouge, frottement et cloches), ni trop petites (mauvaise circulation du sang, picotements, engourdissement du pied, douleur, cloches et sensation de froid très rapidement), les chaussures méritent que l’on s’y attarde. Pour les entretenir : rien de tel que de l’huile de coude et de la bonne graisse. Massez vos chaussures avec les doigts, ça a l’avantage de faire pénétrer la graisse en profondeur. Vous pouvez aussi chauffer un peu la graisse pour la rendre plus ou moins liquide, ce qui favorisera à nouveau l’imprégnation du cuir.

Dois-je prendre des bottes? :

Non, sauf si cela est expressément notifié dans la fiche d’activité (visite de grottes, équitation, …). Les bottes sont inconfortables, provoquent des échauffements du pied et du talon, ne soutiennent pas la cheville et ne protègent que modérément le pied.
A l’inverse, une bonne paire de chaussures de randonnée aura une semelle rigide pour une meilleure accroche (grip), vous soutiendra pied et cheville et vous protégera des pierres, ronces et autres accidents du terrain. Mais pour remplir ces fonctions à la perfection, les chaussures devront avoir été choisies avec soin (n’hésitez pas à demander conseil auprès de gens qualifiés !) mais aussi avoir été utilisées pour qu’elles soient souples et adaptées à la forme de votre pied. Ne croyez pas que vous pourrez acheter vos chaussures le vendredi et partir en rando le lendemain ! Il faut au moins les avoir deux mois auparavant pour pouvoir les utiliser tout d’abord deux ou trois heures et seulement ensuite une journée entière. Si vous savez que le terrain sera mouillé (Fagnes, prairies avec des hautes herbes…), vous pouvez vous équiper de guêtres, elle vous protégerons de l’humidité, de la boue et dans une moindre mesure, du froid.

L’habillement:

la technique de « l’oignon » ou comment voir la vie en couches :
Une règle souvent méconnue : préférez le synthétique au coton. Simplement parce que le coton est hydrophile (ami de l’eau) et va garder votre transpiration à même la peau, il va emprisonner la vapeur d’eau et celle-ci en refroidissant va redevenir liquide et imprégner votre tee-shirt. Les conséquences : vous êtes mouillés, aurez plus vite froid et risquez d’avoir mal au dos le lendemain car vos muscles, s’ils apprécieront une douche ou un bain après l’effort, ne vont pas aimer outre mesure le marinage dans cette moiteur.
Le synthétique pour sa part, laisse passer la transpiration (jamais à 100% tout de même) et son port n’entraînera pas les inconvénients cités plus haut. De plus les sous-vêtements synthétiques de qualités travaillent sur le principe des alvéoles des cadres de ruche d’abeilles. Chaque micro-fibre est faite d’un « tuyau » qui garde l’air, celui-ci est chaud car en contact avec la peau et constitue un matelas isolant entre votre chaleur et le froid extérieur. Attention, ça marche dans les deux sens, en été, ces sous-vêtements isolent de la chaleur ! Un investissement à ne pas négliger donc.
Le principe des couches est aisé à comprendre. Il faut constituer des matelas isolants qui vont faire chacun un coussin d’air. Le froid et le vent vont butter sur la première couche, perdre une partie de leur mordant, atterrir sur la deuxième couche,…ainsi de suite et perdre à chaque fois de leur force. Ne vous méprenez pas, mettre quatre couches serrées ne fera pas plus d’effet que porter deux couches un peu plus larges. Il faut créer la place pour l’air isolant. Ca fait un peu bonhomme Michelin mais bon, …il faut ce qu’il faut pour le confort !

Les chaussettes:

Comme pour les sous-vêtements, oubliez le coton, vous transpirez et n’aurez pas spécialement chaud avec ce type de chaussettes. Rien de tel que de bonnes chaussettes de rando, plus grosses, à l’intérieur souvent en bouclettes et dont les coutures ne sont pas épaisses et ne blessent pas le pied. Il y a en synthétique, avec du mérino pour la chaleur ou de la laine. Idéalement, la laine seule doit être proscrite à cause de son entretien plus difficile, les matières mixtes permettant d’échapper aux problèmes de rétrécissement des chaussettes et de difficulté de lavage. A choisir avec soin aussi et à positionner dans sa chaussure de façon précise. Il ne faut jamais hésiter à s’arrêter en cours de rando pour remettre une chaussette qui fait un mauvais pli (sans quoi, on file du mauvais coton), vos pieds vous en seront reconnaissants.

Le sac à dos:

Faut-il le porter et qu’y mettre ? Il vous faut un sac dans lequel vous pourrez emporter votre pique-nique, des boissons, des fruits et/ou des biscuits pour grignoter. Il faut idéalement manger avant d’avoir vraiment faim, manger souvent mais par petites quantités pour ne pas surcharger son organisme et lui permettre de ne pas utiliser trop d’énergie pour digérer au lieu de l’employer… à marcher. Il en va de même pour les boissons, selon que vous soyez grand consommateur de liquide, il vous faudra prévoir. Les «petits» buveurs ne doivent pas oublier de s’hydrater très régulièrement. Certains sacs à dos disposent d’une poche spéciale permettant d’y mettre un réservoir dont le tuyau s’attache sur la bretelle du sac et se trouve à portée … de bouche, offrant ainsi une facilité d’utilisation et une hydratation par petites quantités mieux assimilées par le corps.
Vous pouvez aussi prévoir des vêtements de pluie, un pull supplémentaire ou un appareil photo.
Pour chaque activité, vous disposez d’une fiche qui vous donne les indications nécessaires au bon déroulement de celle-ci. Et notamment le type de portage :
Portage léger : voir ci-dessus
Portage moyen : idem plus vos affaires personnelles et les vêtements pour le séjour
Gros portage : portage moyen plus tente, sac de couchage et le matériel pour tout le séjour.

Que prendre comme pique-nique?

Le plus simple reste les tartines, si vous disposez d’un thermos, vous pouvez emporter une boisson chaude ou du potage. Evitez les plats complexes, souvent, pour manger, nous sommes assis par terre et les manipulations sont déconseillées. Un truc pour le confort, emmenez avec vous un tapis de sol pour vous asseoir, il vous protégera du froid et de l’humidité. A défaut, un sac poubelle peut faire l’affaire.